Catégories
Uncategorized

MotoGP 2020. Dovizioso: Jamais eu de problèmes de motivation

Notes positives: l’épaule gauche, opéré seulement il y a 15 jours, n’est pas un problème; la vitesse est bonne, comme l’a confirmé la quatrième fois de la FP1 (et le combo); l’accord est améliorée par rapport à mercredi. Note négative: il y a encore beaucoup de travail à faire pour rendre le travail mieux et le pneu arrière Michelin à partir de la nouvelle de logement. C’est un aspect fondamental, en ce qui concerne le Besoin de faire, même si la journée s’est mieux passé que prévu.

“Je suis heureux parce que nous avons fait un pas en avant concernant le test mercredi: c’était mon objectif pour aujourd’hui, à notre niveau est plus élevé maintenant. Notre vitesse est pas mal: nous ne sommes pas les meilleurs, mais nous ne sommes pas trop loin. En FP2, avec les pneus usagés dans la matinée, nous avons eu un bon rythme”.

Ce qui est préoccupant pour vous?
“Nous ne sommes toujours pas centré avec le pneu arrière: c’est très différent. Il est difficile de gérer l’entrée, mais la sortie est: il a des caractéristiques différentes dans chaque aspect. Et, comme il est normal, chaque circuit est différent: j’ai envie de dire, que le caoutchouc est le même, mais les changements de comportement en fonction du parcours, luttant parfois plus, d’autres moins. Au Qatar, nous avions commencé avec de nombreuses difficultés, mais à la fin des trois jours, nous avons été compétitifs. Ici, c’est différent: c’est un chemin qui est compliqué pour nous et la température est très élevée. Nous sommes un peu en difficulté, mais je suis heureux avec le travail que nous avons fait.”

Comme vous l’avez dit, c’est difficile de circuit pour vous, et la Ducati, mais l’étape n’est pas mal: c’est aussi le mérite de tests effectués sur le mercredi?
“Nous avons travaillé dans de nombreux domaines, mais je reviens à ce que le discours de la première: le plus grand changement est le pneu arrière. À cette époque, c’est le doute que nous avons. Je ne veux pas dire que le pneu est meilleur ou pour le pire, mais c’est très différent. Je ne peux pas savoir comment il se comporte sur d’autres vélos: à partir de l’extérieur, il semble que Yamaha et Suzuki, qui sont très doux, ont un meilleur ajustement. Il semble que – lumière: il regarde de l’extérieur, je ne sais pas quelle est vraiment la situation – nous n’avons pas de gros problèmes. La prise en main est là, le potentiel est là, mais nous n’avons pas encore exploiter. Nous nous concentrons sur cette. Il est très compliqué de gérer le slip, c’est très rapide, vous perdez l’arrière rapidement. Vous avez à s’adapter”.

Comment se passe l’épaule?
“Eh bien, je me sens à l’endroit. Comme il arrive toujours dans ces situations, la pire journée est la seconde; heureusement, cette fois, il y avait un jour de repos après le retour à la piste, qui, généralement, n’est pas là. C’était comme un rêve, parfait pour récupérer. Aujourd’hui, le sentiment était beaucoup mieux, mon corps, pas seulement son épaule a bien répondu. Le problème, c’est la chaleur: c’est une chose de faire 5-6 tours, et un autre 25. Jerez est toujours difficile, parce que c’est une petite piste avec une moto de grand, il est normal de lutte. Vous devez freiner brusquement à son tour 6 et dépend beaucoup de la vitesse que vous avez, comment parvenez-vous à gérer la situation, mais ce sera dur pour tout le monde.”

La deuxième course sera encore plus difficile?
“Habituellement, quand vous allez dans un circuit où il est difficile beaucoup, quand vous arrivez un dimanche après-midi, vous vous dites: “C’est très bien, pour une année, ne revient jamais”. Ce n’est pas le cas, mais dans ce cas, il peut également ne pas être totalement négatif: nous avons des choses de mettre en place et de faire deux courses sur le même circuit, il pourrait également aider. Il sera certainement difficile, mais pour les conditions générales, mais pour nous, il pourrait également être positif”.

Paolo Ciabatti dit que Ducati prend un peu de temps pour décider, aussi parce qu’il veut vérifier les raisons pour Dovizioso?
“Je ne veux pas parler du contrat, sont axées sur la performance, comme il se doit pour un pilote. Comme vous pouvez le voir, nous travaillons dur, en essayant de l’améliorer. Des problèmes de motivation, je n’ai jamais eu dans ma carrière et je n’en fais pas, je ne pense pas que ce ne sera jamais ma limite. On perd la motivation lorsque vous avez marre de la situation au niveau des sports: – je vivre de sport et de course, j’ai même invité à participer à une course de cross-country à exécuter. Pas dans mon cas je pense que ce n’est pas à la recherche d’adrénaline.”



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *