Catégories
Uncategorized

Scooter oublié. Cruiser, Ours En Peluche, Agiter…

Dans la première moitié des 50 Ans de la moto a vécu un authentique boom.
Certains fabricants ont élargi leur gamme vers le bas, avec les modèles moins chers, et d’une cylindrée de moins de ceux qui sont déjà sur la liste, mais beaucoup d’autres ont fait le contraire, en offrant vélo plus grands et plus puissants. En général, il n’ il s’est arrêté, cependant, à 175 cm3, considérés comme plus que suffisant pour satisfaire les motocyclistes, les locaux de plus en plus exigeants.

La maison proposée gros cylindre simple de vélos 500 cm3 (Guzzi, Gilera, CM), et d’autres ont sondé la route les jumeaux (Benelli, Parilla, Gilera, Comète, Berneg, les chevreuils, les IMN), et d’autres encore offert mono 250 ou 350 cm3.
Aucun de ces vélos, Gilera exclu, il a été vendu dans les nombres qui sont considérables. Puis il y a les fabricants, qui ont tenté de pénétrer le marché du scooter, très tentant donné les résultats commerciaux de l’ Lambretta et Vespa. Ces deux maisons ont continué à prospérer et par le milieu des années Soixante, ils ont été les seuls qui ont été construits (en nombre impressionnant) ces pratiques, les moyens de transport.

Au Salon de la moto de Milan en 1952, l’ Ducati il a présenté un scooter nommé Cruiser à partir de caractéristiques, voire révolutionnaires. Contrairement à d’autres sur le marché, avait, en fait, un moteur à quatre temps et une transmission automatique.
Ce dernier, peint avec un régime de l’automobile a été équipé avec un convertisseur de couplel’appareil qui effectue sa fonction très bien mais absorbe également un pouvoir considérable. Et les chevaux, et le cylindre de poussoir culbuteur et 175 cm3 le Croiseur avait pochini (7,5 à 5600 tr / min), en particulier si l’on considère que le poids était de 148 kg…

En bref, les avantages ont été modestesla colline grimper à un drame et, en outre, la transmission a été souvent l’objet de problèmes mécaniques. Inutile de dire, il a été un flop retentissant (et très cher). Étrangement, Ducati est de retour pour tenter de la route d’un scooter (avec des résultats médiocres) en 1964 – 65, à l’ Briopropulsé par un moteur à deux temps construit dans les versions de 48 cm et 100 cm3.

L’ Motobi elle est faite à connaître et à apprécier et à long terme pour ses excellents vélos, les deux à deux et à quatre temps, équipé d’un moteur, cylindre horizontal, la structure caractéristique de “l’œuf”. Giuseppe Benellile fondateur et propriétaire de la société, avait voulu après le spectacle, à Cologne, il a été, littéralement, attirés par le brillant Immé Norbert Riedel, dont un seul cylindre du moteur avait une telle conception.
Dans la deuxième moitié des années Cinquante dans la gamme de la maison de pesaro se détachait de la 175 Catriale vélo est robuste et peut offrir de hautes performances. À la fin de la décennie du moteur, tiges et culbuteurs, qui avait un alésage de 62 mm et une course de 57 mm, a été faite d’une version destinée à un scooter avec d’excellentes caractéristiques, qui avait 8.5 chevaux à 5800 tr / min.
L’arbre à cames a été placé dans la la partie inférieure de la base et il a tiré la pompe à huile, qui a été immergé dans la tasse; la boîte de vitesses est à quatre vitesses. Ce modèle a également été offert avec les autres moteurs de la série “l’œuf”, mais dans la grande majorité des cas, il a été utilisé pour 175 cm3.

En 1956, un intéressant scooter qui aurait à être commercialisés par les Alpinepour qui a été créé par la FBM, Bologne, italie (qui devint plus tard la Minarelli).
La société Stradella, cependant, a abandonné le projet, et le seul exemple construit avec sa marque est resté au stade de prototype. Environ un an plus tard, cependant, ce scooter est à l’origine de la Agitervendu (en nombre est très modeste, paraît-il) par la société à la bolognaise Palmieri et Gulinelli. Le moteur était un horizontal monocylindre à deux temps de 150 cm3 qui a produit 6 ch à 5400 tr / min. La boîte de vitesses est à quatre vitesses avec commande au pied, et les roues de 14 pouces. Le jeu a été commercialisé jusqu’en 1961.

Lorsque l’ Blanc a décidé d’entrer sur le champ de scooter, a fait un beau modèle, appelé Ours en peluchequi, combinée avec une esthétique particulièrement adapté à une mécanique moderne mais en même temps, remarquable par sa simplicité. Le moteur mono-cylindre deux temps a eu un déplacement de 80 cm3obtenu avec un alésage de 48 mm et une course de 43 mm, et livré une 3.7 HP (passé à 4,3 dans la seconde version).
Le cylindre est en fonte et le vilebrequin, bien sûr, le matériau composite a été fondée sur deux roulements à billes. La transmission primaire à engrenages envoyé le mouvement à une vitesse les trois vitesses de l’expansion de la balle. Ce scooter est resté dans la liste de prix de 1960 à 1964, l’année où la société a été placée en liquidation. En Angleterre il a été construit sur une licence de Raleighqui lui Rome.

L’ Agrati a produit plus ou moins dans la même période un scooter à partir de la ligne très propre appelé Capriqui a été proposée dans les versions de 70 et 125 cm3. Le moteur a été dans les deux cas d’un mono-cylindre deux temps

Bien Laverda il a conçu un scooter, qui est entré en production en 1960. Dans ce cas, la société a mis l’accent sur le déplacement de 50 cm3 (pas de numéro de plaque et sans permis, à l’époque), obtenu avec un alésage de 40 mm et une course de 39 mm. Le moteur, équipé d’un déploiement avec les poussoirs et culbuteurs, il avait les cylindres en aluminium avec le canon montré en fonte. La boîte de vitesses a deux vitesses.

L’année suivante, il a adopté un nouveau moteur, dérivé de la mobylette Laverdinotoujours, à quatre temps et équipé avec trois vitesses. La puissance était de 1,5 CH à 5300 tr / min. Pour les marchés étrangers a été fait sur une version de 60 cm3 (40 x 47 mm), qui avait 3 chevaux à 6000 tr/min.

Un autre grand fabricant de motos qui a essayé la voie du scooter (avec des résultats commerciaux insatisfaisant) a été la Gilera. Entre 1962 et 1966, cette société a produit le G 50 et la G 80avec les déplacements de, respectivement, 50 (alésage et course = 38 x 44 mm) et 80 cm3 (46 x 46 mm). Dans les deux cas, le moteur était un horizontal monocylindre à quatre temps, avec une distribution pour les poussoirs et culbuteurs.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *